Informations

Flux RSS

Aucun flux RSS ajouté

L'hôtel

Publié le : 29/01/2021 11:18:36
Catégories : Histoires coquines Rss feed

Samedi, Julien m'a embrassé ce matin-là. Il m'a demandé de soigneusement me raser le pubis pendant que je prenais mon bain. Lorsque je suis sorti de l'eau, il m'avait préparé une petite robe de printemps acheté sur clubbywear.com peu de temps avant, et mes sandales blanches. Nous avons pris sa voiture, nous avons roulé dans Paris, vers l'ouest. Il faisait bon, j'avais baissé la vitre. Julien s'est arrêté devant la porte d'un grand hôtel, un groom m'a ouvert la portière, j’ai bien vue que celui-ci me matait mes jambes lorsque je descendis de celle-ci. Ma robe était bien remontée jusqu’à voir une partie infime de mon shorty en dentelle noire. Puis un voiturier est allé garer l'automobile de Julien.

Nous sommes entrés dans l'hôtel. Julien ne m'a pas dit un mot, il a demandé au réceptionniste la clé de la chambre 505. Le hall était luxueux, du marbre partout, j'étais impressionnée. Il y avait de la musique classique dans l'ascenseur, du piano, Bach, mon compositeur préféré. Nous sommes arrivés au 5e étage, un grand couloir de moquette beige qui mène à la chambre 505. La chambre était impressionnante, je n'étais encore jamais allée dans un endroit pareil, combien cette folie avait-elle pu coûter à Julien ? Le lit était beau, grand, accueillant, Julien m'a embrassé fougueusement, il m'a déshabillé, il m'a caressé. J'avais envie de lui mais il ne me laissait pas retirer ses vêtements. Il a ouvert mon sac, il en a retiré mon collier de cuir et ma laisse, il m'a passé le collier autour du cou, il m'a encore embrassé. J'avais envie de lui, je me suis mise à genoux, je voulais déboutonner son pantalon, je voulais son sexe, je réclamais son sexe dans ma bouche. Il a sorti mon vibromasseur argenté de mon sac et il me l'a donné en me disant : « montre-moi comment tu ferais ? Fais le devant moi, je te regarde ». Il a attaché ma laisse à un pied du lit. Il s'est assis dans un fauteuil, il me regardait, j'aime qu'il me regarde. Il me dirigeait : « caresses toi. Tourne-toi. Suce-le, sur ton sexe. Dans ton sexe, maintenant. Suce-le. Suce tes doigts. Caresse toi l'anus. Mets le dans ton anus. Tu es si jolie ». Je faisais tout ce qu'il voulait, j'étais devenue sa soumise de luxe dans un hôtel de luxe, la moquette était douce, la lumière du soleil inondait la pièce et baignait mon cœur de chaleur. Julien s'est levé, il s'est approché de moi et il m'a murmuré : « je vais aller chercher du champagne. Je veux que tu continues à te caresser. Je veux te retrouver dans la même position au pied du lit quand je remonterai. Je veux que tu sois prête pour moi. Je ferme la porte à clé et je mets le panneau « Ne pas déranger », tu n'as rien à craindre. Je t'aime » il m'a embrassé, il a quitté la chambre, j'ai entendu le bruit de la clé dans la serrure. Je continuais de me caresser, j'étais certaine qu'il ne serait pas long, qu'il me rejoindrait rapidement, qu'il allait me faire l'amour. Je fermais les yeux, j'abandonnais mon sexe à ma main et mon anus à mon vibromasseur, il fallait que je sois patiente, il ne fallait pas que je jouisse sans lui. Les minutes se sont écoulées. On a frappé à la porte, j'ai entendu la voix de Julien derrière la porte : « Anne-Marie, c'est moi ». Je continuais de me caresser, je l'attendais, il allait être près de moi point la porte est ouverte, julien était là, avec le champagne, avec 2 hommes. Je ne savais pas quoi faire. Qu’est-ce que je pouvais faire ? j'étais nul, à 4 pattes, attaché par une laisse Au pied du lit, mes vêtements étaient à l'autre bout de la chambre. Julien a fermé la porte de la chambre, il m'a dit : « continue de te caresser. J’ai invité 2 amis à te regarder. Tu aimerais te regarder ? ». J’ai murmuré un timide « oui » puis, hésitante, j'ai repris lentement le mouvement de mes doigts sur mon sexe. Julien a passé sa main dans mes cheveux : « fait le mieux que ça. Tourne-toi, montre-leur ce que tu as dans ton anus. Excite-les. Je leur ai dit que tu étais très belle et très bandante. Il faut que tu les fasses bander. Tu n'as pas envie de faire bander ses hommes, ils sont séduisants, ils devraient te plaire ». Je me suis retournée, représentant mon anus, faisant aller et venir le gode entre mes fesses, m’abandonnant à mon plaisir, essayant de les ignorer pour mieux me caresser. Julien a crié : « pas comme ça, Anne-Marie. Pas comme ça. Regarde-les, regarde-les. Ils sont tes cadeaux. Regarde-les, savourent leur regard sur leur sur ton corps ». Julien avait raison, je faisais tout l'inverse de ce que je voulais. Je me suis mise face à eux, accroupi, je les regardais droit dans les yeux, je voulais qu'il me désire, je les voulais. Je ne me gênais plus, je souffle et je gémissais en me caressant. Julien, jugeant que le moment était opportun, s'est adressé aux deux hommes : « allez-y, mais éviter son visage ». Ils ont ouvert leurs pantalons ils se sont masturbé au-dessus de moi. Leurs sexes en érection se balançaient à quelques centimètres devant ma bouche. Apparemment, ce n'était pas ce qui était prévu, ils ont éjaculé sur mes seins et sur mon ventre avant que je n’aie eu le temps de jouir. J’étais frustrée. Julien a invité les deux hommes à boire une coupe de champagne, il m'avait laissé attacher au pied du lit, nue, la peau suintante de sperme. J’ai crié : « je veux vos bites. Vous entendez, je veux vos bites venez me prendre, s'il vous plaît » ils m'ont regardé, amusé. J’ai continué : « venez. Prenez-moi je veux vos bites je vais vous sucer et vous pourrez m'enculer. Venez j'ai envie de vous ». Enfin, ils ont posé leurs coupes de champagne.  Julien sortie des préservatifs de mon sac, il s'est déshabillé avec les deux hommes. Ils m'ont fait l'amour.

Le soir, Julien m'a emmené dîner au restaurant de notre hôtel. Il m'a offert un mince colis en argent avec un minuscule cadenas en argent très chic. Il m'a dit : « tu ne te souvenais pas bien ? c'est aujourd'hui le 10e anniversaire de notre première rencontre à l'université. Comme le génie de la langue merveilleuse, j'ai exaucé trois de tes vœux secrets. Le premier, une journée dans un palace. Le 2e un précieux bijou pour symboliser notre amour à la plus belle soumise de la terre. Le 3e ,2 beaux mâles pour te regarder te faire l'amour avec moi ». J’ai pris la main de Julien, je lui ai dit : « je me crois dans un conte des mille et une nuits. J’ai l'impression que je suis en train de rêver. Comment faire pour ne jamais oublier ? ». Julien m'a embrassé, il m'a répondu en plaisantant : « écris un mail à clubbywear raconte ce que tu viens de vivre, notre amour sera à tout jamais immortalisé. A mon tour je l'ai embrassé, j’ai pris le temps d'écrire pour ne pas oublier j'aime vraiment votre site ou il s’y trouve beaucoup d’articles, de robes de cocktails, des tenues sexy, et ultra sexy pour des personnes ouvertes d’esprit comme moi.  Je vous confirme mon histoire avec beaucoup d'espoir et beaucoup de bonheur.

Love Adriana, 30 ans

Partager ce contenu